LE RITE DE MEMPHIS-MISRAÏM

 

Jusqu’en 1881, les Rites de Memphis et Misraïm cheminent parallèlement et de concert, dans un même climat particulier.
 

Or, les deux Rites commencent à rassembler sous double appartenance des maçons du Grand Orient de France et du Rite Ecossais Ancien et Accepté qu’intéressent l’Esotérisme de la Symbolique Maçonnique, la Gnose, la Kabbale voire l’Hermétisme.
 

En effet, outre leurs dépôts Egyptiens, Misraïm et Memphis sont toujours les héritiers et les conservateurs des vieilles Traditions initiatiques du 18ème siècle : Philalètes, Philadelphes, Rite Hermétique, Rite Primitif, Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm (dont elle est la seule à avoir les droits).


Les Loges de Memphis – Misraïm travaillent au Rite Egyptien.
Sur leurs autels, elles joignent au traditionnel enlacement du Compas et de l’Equerre, la Règle, symbole du Grand Architecte de l’Univers et de la Loi Divine.

Depuis mars 1990, un Président du Conseil National élu assure la gestion de l’ensemble des Loges Bleues du Rite en France et dans les pays associés.
 

En 2016, la Fédération Memphis-Misraïm  a été admise au sein de l'A. M. E. (Alliance Maçonnique Européenne) inscrivant ainsi son action aux côtés de la Maçonnerie Européenne et Libérale. Le Rite de Memphis – Misraïm perpétue ses traditions de fidélité aux principes démocratiques et aux sciences initiatiques.

Il n’a pas oublié ses morts :


- Le Grand Maître Constant Chevillon fut assassiné par la milice de Vichy en 1943.
- De Laive, Grand Maître de Belgique, fut exécuté par les nazis


Conscient des limites du Siècle des Lumières, le Rite aujourd’hui, puisant dans le fond hérité des Temples de Memphis, invite chacun à passer du Savoir rationnel, au sens strict du terme, à la Connaissance.

C’est une approche et une intégration vivante de la Symbolique, et non plus seulement intellectuelle ou morale. C’est une nouvelle éthique, une vision renouvelée du monde en ce début du 21ème siècle, auxquelles sont conviés ses membres.

Si la Franc-Maçonnerie actuelle éprouve parfois des hésitations à s’inscrire dans le courant historique du monde, c’est parce que après avoir vécu du carrefour de 1723 à nos jours son Compagnonnage, Elle s’est heurtée aux limites de son immense désir de progrès.

Elle a voulu, dans ce désir, parvenir à la Fraternité Universelle et ce, à travers les sciences, l’éducation pour tous, la lutte contre l’ignorance, l’abondance, la Paix, l’émancipation des êtres et des peuples.

Elle fait aujourd’hui, malgré ses innombrables réalisations, le compte, à poids égal, de l’ignorance, de la pauvreté, de la tyrannie, de la guerre et de l’égoïsme partout persistant.

Le « combat pour la vie » paraît l’avoir emporté sur « combat pour l’amour », la possession des biens n’a pas apaisé les appétits de l’âme et de l’esprit.

Le Temple de l’Homme et de l’Humanité doit être relevé. C’est à cet immense chantier que Memphis – Misraïm convie les hommes de bonne volonté, ceux qui ne peuvent se satisfaire de mots et pour qui les actes éclairés constituent une réelle contribution au bien de l’Humanité.